Spécialistes dans l’installation et la remise en état de capteurs solaires et VMC double-flux, nous avons toutes les solutions pour vous offrir une installation de chauffage respectueuse de l’environnement.
Nous sommes également installateurs de système de récupération d’eau pluviale.

Grande surface de capteurs solaires

Solaire et esthétique.

Les capteurs sont conçus pour s’intégrer aux différents styles de construction. En effet, les fabricants ont fait modifier leurs gammes de produits pour assurer l’intégration architecturale des capteurs. Placés sur le toit, ils ressemblent dans ce cas à des fenêtres de grande taille. Pour être encore plus discrets, certains peuvent être incorporés dans la toiture. Ils remplacent alors une partie de la couverture, tuiles ou autres éléments.
Les capteurs peuvent aussi être fixés au sol, contre l’habitat ou à proximité immédiate, ou encore disposés en auvent en terrasse ou sur une véranda.

Le plein sud est bien sûr la meilleure des orientations, mais un capteur exposé au sud-est ou au sud-ouest donnera quand même des résultats satisfaisants.
La meilleure inclinaison, pour une utilisation sur une année entière, est celle de la latitude de l’endroit où sont installés les capteurs (donc environ 45°).
Elle sera plutôt de 60° pour une consommation hivernale et de 30° pour une consommation estivale. Toutefois, ce sont souvent les dispositions constructives de l’habitation qui la détermine.

Une maintenance annuelle est recommandée pour veiller au maintien d’une pression correcte du liquide caloporteur et pour s’assurer de la bonne circulation du liquide. La surface des capteurs doit également être régulièrement nettoyé.

source : ademe.fr

Pose de capteurs solaires à Quimper


Un capteur solaire thermique convertit l’énergie solaire en chaleur.

Un fluide caloporteur (eau glycolée en général) s’échauffe en circulant dans un absorbeur placé sous un vitrage. Outre son orientation, la performance du capteur dépend de la qualité du revêtement de l’absorbeur et du vitrage. Il est isolé thermiquement.

Ensuite, selon l’usage souhaité (chauffage ou eau chaude) et la complexité de l’installation, ce fluide restitue directement, ou via un échangeur, la chaleur emmagasinée.

source : ademe.fr